home > Chiese > Eglise de Saint Jacques

Eglise de Saint Jacques

Piazza dell'Odegitria - 6010 - 70122
Début de bâtiment 892
Usage actuel Eglise
Place de l’Odegitria, tout près de la majestueuse cathédrale Saint Sabin, se dresse la petite église dédiée à Saint Jacques ; elle occupe un emplacement inhabituel, près de la Porta Vecchia, et est orientée vers le nord, en direction du chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Cette église remonte au XIe-XIIe siècle et affiche les caractéristiques du style roman « mineur » (semblable au style des églises Saint-Grégoire, Sainte-Pélagie, Saint-Basile et Saint-Marc). Sur la façade principale austère, bâtie en pierre blanche de Trani, s’ouvrent une fenêtre qui remplace la rosace classique, quatre fenêtres à une ouverture et un portail du XVIe siècle. Sur la lunette du portail, une épigraphe en latin, malheureusement pratiquement illisible bien que l’édifice ait été restauré, attesterait la consécration de ce dernier.
Quant au second portail, où l’on peut voir une statue du XVe siècle représentant saint Jacques vêtu en pèlerin, il est presque invisible actuellement, car il donne sur une ruelle très étroite, alors qu’à l’origine il donnait sur la Porte du Château. Le campanile présente deux styles que l’on retrouve ailleurs dans cette église : en bas, sur les quatre côtés, le style roman des élégantes fenêtres géminées; en haut, le style baroque du bulbe (rajout commandité par l’abbesse Carducci au XVIIIe siècle). L’intérieur de l’église a été décoré par Antonio Vaccaro, architecte qui entreprit également le renouvellement baroque de la cathédrale. Nous remarquerons les rajouts de volutes blanches, qui animent tous les murs. Jusqu’en 1947, l’église était flanquée d’un couvent de religieuses qui accueillait les jeunes filles de haut rang, où ces dernières vivaient dans l’aisance et participaient aux repas, aux rencontres et aux fêtes avec leurs familles. Nous devons le maître-autel, richement décoré, à l’artiste napolitain C. Tucci. Nous remarquerons aussi le sol en majolique, réalisé par l’atelier Mazza, qui contraste avec la blancheur des stucs ornant les murs.
Début de bâtiment 892
Consecration deuxième consécration en 1627
Immeubles précédents parc ornithologique (ornitrophìon)
Une ancienne légende attribue la fondation de l’église à Symbatikios, le stratège de Macédoine, de Trace, de Céphalonie et de Longobardie (Pouilles), envoyé à Bari par l’empereur byzantin Basile Ier dans les années 891-892. On pense que Symbatikios a également fondé le monastère contigu à l’église, bâti sur les terrains donnés par l’archevêque Giovanni en 892, terrains occupés auparavant par un « parc pour les oiseaux » (ornitrophìon) ; il s’agit probablement d’une lecture incorrecte de ptochotrophion (hospice pour les pauvres). Le premier témoignage historique citant cette église est une Bulle de 1075 que le Pape Grégoire VII adressa à l’abbé Giovanni de Santa Maria di Banzi. En 1344, le monastère fut confié à l’Ordre des sœurs bénédictines olivétaines, et consacré enfin en 1627 par l’archevêque Ascanio Gesualdo. Les premiers travaux de réaménagement furent entrepris par l’abbesse Domitilla Ventura. Cependant, les transformations les plus significatives, que nous pouvons constater encore aujourd’hui, furent dirigées par A. Vaccaro en 1729 ; il donna à l’église une allure baroque fastueuse et y ajouta ses propres tableaux ainsi que plusieurs œuvres de son fils Ludovico et de Paolo de Matteis.

La façade sobre présente un parement de blocs en pierre calcaire et se termine par deux pans saillants au-dessus d’une corniche horizontale entourant toute la façade. Seuls quelques éléments interrompent cette continuité : quatre marches précèdent le portail, entouré d’un double encadrement surmonté d’une architrave et d’une lunette en plein cintre. Ce portail a deux battants en bois, formés de vingt-quatre panneaux géométriques identiques. Au-dessus du portail s’ouvre une grande fenêtre baroque, au profil mixtiligne, flanquée de quatre baies aveugles. Sur la lunette du portail nous distinguons une épigraphe en latin, malheureusement pratiquement illisible bien que l’édifice ait été restauré, dont le texte attesterait la consécration de ce dernier. La façade présente les marques d’autres travaux de réaménagement et de restauration, comme par exemple dans la partie supérieure de la fenêtre baroque et au milieu du tympan. Sur la façade latérale rue Saint Jacques, nous trouverons une porte désormais murée, surmontée d’une lunette ornée d’un bas-relief relief représentant saint Jacques, et deux fenêtres au sommet.

Le clocher est englobé derrière l’église. Il est légèrement en biais par rapport à l’orientation de l’église.

La simplicité de la façade contraste avec le baroque de l’intérieur, ajouté par l’architecte Antonio Vaccaro de 1745 à 1747. L’église, composée d’un espace unique (24m x 11.65 m), est couverte d’une voûte en berceau. De nombreuses décorations en stuc descendent sur les murs. Celle qui encadre la conque absidiale et la fenêtre située au-dessus est faite de deux larges volutes symétriques. Les pilastres, adossés aux piliers qui divisent les dix chapelles s’ouvrant le long des murs latéraux, supportent un entablement surmonté de jalousies en bois servant à cacher les religieuses qui assistaient à la messe depuis les matronées. Les chapelles sont peu profondes, mais elles abritent tout de même six autels en marbre. Les intrados des arcs en plein cintre des chapelles sont ornés de stucs qui soulignent les nervures, et les clés de voûtes sont décorées de roses et de coquillages.

Dans l’abside trône le maître-autel du XVIIIe siècle en marbres polychromes, orné d’un bas-relief en marbre blanc représentant saint Jacques encadré de feuilles de palmier. Cet ouvrage, de même que les six autels latéraux, a été réalisé par C. Tucci. Dans la conque absidiale nous pouvons voir une grande fenêtre en éventail couverte d’une grille et entourée d’une cimaise baroque. La porte en argent du tabernacle, datant du XVIIIe siècle, est recouverte d’un bas-relief représentant la Trinité et les saints-Médecins. Les autels sont surmontés de toiles représentant la Vierge à l’Enfant entre saint Roch et saint Jacques, sainte Françoise Romaine, le Bienheureux Bernard Tolomei, saint Benoît, sainte Anne et la Vierge Marie enfant, ainsi que l’Adoration des bergers.

Dès l’antiquité, dans la ville de Bari se nouent les cultes de Saint Jacques et de Saint Nicolas, exactement comme les chemins de pèlerinage, qui se rencontrent dans la rue Francigène, actuellement rue du Palais de la Ville. Les histoires sur les miracles de deux saints sont semblables, comme les célèbres miracles du jeune ressuscité, car il avait été accusé injustement et des trois jeunes enfants reconstitués du tonneau de l’hôte, où leurs membres étaient gardées pour rassasier les clients.
Dans le langage populaire de Bari les références à Saint Jacques ne manquent pas, comme la dénomination donnée aux fruits de mer, les moules de Saint Jacques, ainsi appelées parce que elles rassemblent au coquillage du saint, que les pèlerins racontent comme souvenir du chemin du saint, ou le dicton «le gambe mi fanno Giacomo-Giacomo » (j’ai mal aux jambes, ndr), pour indiquer la fatigue des jambes après un long chemin, comme celui pour atteindre le sanctuaire dédié au saint à Saint Jacques de Compostelle.


Comment arriver dans la ville
airport Aéroport  

De l’aéroport international Karol Wojtyla de Bari prenez viale Enzo Ferrari en direction de la rue provinciale 204/ viale Gabriele d’Annunzio /SP204. Prenez viale Europe et après via Napoli en direction de via S. Francesco d’Assisi à Bari. Entrez sur la SS 16 et prenez la sortie 4 vers Bari centre/ port. Continuez sur via Napoli et après sur via S. Francesco d’Assisi. Conduisez en direction de piazza Federico II di Svevia.

motorway Autoroute  

Prenez E 843, viale Giuseppe Tatarella et la sottovia Giuseppe Filippo en direction de via Napoli à Bari. Continuez sur via Napoli et conduisez en direction de piazza Federico II di Svevia.

other Moyens  

Les lignes AMTAB 3-12-12/-21-35 arrivent aux alentours du château.

park Parkings  

Piazza Massari-Piazza Federico II di Svevia-Piazza Prefettura

Questo sito utilizza cookie. Scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all' uso dei cookie. maggiori informazioni

Uso di cookie e tecnologie simili da parte del Comune di Bari



Cosa sono cookie e come vengono utilizzati
Come la maggior parte dei siti internet, Comune di Bari usa file di testo di piccole dimensioni che vengono salvati su computer, tablet o dispositivo mobile dell'utente per registrare determinati dati ogni volta che questi visita o interagisce con il nostro sito.
I nomi e i tipi specifici di cookie possono cambiare nel tempo. Per aiutare l'utente a capire meglio queste regole e l'uso di tali tecnologie da parte di Parliamo Di Videogiochi, di seguito sono riportati alcuni termini con le relative definizioni.
Cookie: piccoli file di testo (formati in genere da lettere e numeri) che vengono salvati nella memoria del browser o del dispositivo dell'utente quando visita un sito o visualizza un messaggio. I cookie consentono a un sito di riconoscere un particolare dispositivo o browser.

Esistono diversi tipi di cookie:
I cookie di sessione scadono al termine della sessione del browser e consentono a Parliamo Di Videogiochi di collegare le azioni dell'utente durante quella sessione specifica. I cookie possono essere disattivati o rimossi usando gli strumenti disponibili nella maggior parte dei browser. Le preferenze relative ai cookie devono essere impostate separatamente per ciascun browser usato, poiché ognuno di essi offre funzionalità e opzioni specifiche.
Tecnologie simili per l'archiviazione di dati: tecnologie che archiviano dati nel browser o dispositivo usando oggetti condivisi a livello locale o archiviazione locale, quali cookie flash, cookie HTML 5 e altri metodi software per applicazioni web. Queste tecnologie funzionano in tutti i browser. In alcuni casi l'uso dell'archiviazione locale non può essere pienamente gestito dai browser, ma richiede la gestione tramite strumenti specifici. Comune di Bari può servirsi di simili tecnologie di archiviazione dati che permettano di garantire la sicurezza del conto dell'utente o per rilevare irregolarità nel comportamento ed evitare accessi non autorizzati al conto dell'utente o per valutare le prestazioni dei siti, servizi, applicazioni o strumenti Parliamo Di Videogiochi. Comune di Bari non usa tali tecnologie di archiviazione dati per adattare la pubblicità nei propri siti e al di fuori di essi al profilo dell'utente.

I termini "cookie" e "tecnologie simili" possono essere usati indistintamente nelle regole di Comune di Bari in riferimento a tutte le tecnologie adoperate per archiviare dati nel browser o dispositivo dell'utente o alle tecnologie che raccolgono dati o che consentono di identificare l'utente nel modo sopra descritto.

Chiudi