home > Chiese > Eglise de Notre Dame du Bon Conseil

Eglise de Notre Dame du Bon Conseil

Piazza Santa Maria del Buonconsiglio - 6010 - 70122
Début de bâtiment fin du IX e et le milieu du Xe siècle
Usage actuel Eglise
Après avoir parcouru les remparts de Bari, vers le Nord, vous entrerez dans la vieille ville ; les ruelles étroites vous conduiront Place Santa Maria del Buon Consiglio, l’un des endroits les plus pittoresques des vieux quartiers. L’église a été démolie dans les années trente au cours de travaux qui visaient à redonner à la ville son allure romane. De l’ancienne église byzantine, qui à l’origine possédait une abside et trois nefs, il ne reste que des colonnes romaines surmontées de chapiteaux, dont certains sont corinthiens, et le sol en mosaïque aux tesselles polychromes.
À en croire l’historiographie locale, cette église était célèbre pour ses origines légendaires : on raconte en effet qu’elle a été bâtie après une controverse entre les habitants de Bari et les Byzantins, qui s’acheva par un meurtre en l’an 946 ; les gens de Bari s’opposaient alors à la décision byzantine de s’arroger le droit d’accompagner les jeunes filles à l’autel le jour de leur mariage.
Le « mauvais conseil », qui avait conduit à cette effusion de sang, aurait finalement débouché sur une trêve, donc sur un « bon conseil », d’où le nom de cette église. La structure de l’église a des origines très anciennes. Des recherches effectuées dans les années quatre-vingts ont révélé que l’édifice remonterait au Xe-XIIe siècle (deux phases de construction). Les fouilles ont alors mis au jour des ruines qui représentent presque toutes les étapes historiques de la ville, de l’âge du bronze au Moyen Age.
Début de bâtiment fin du IX e et le milieu du Xe siècle
Immeubles précédents hutte datant du XV- XVI siècle
L’église a été bâtie entre la fin du IXe et le milieu du Xe siècle, comme le confirme la découverte de monnaies des empereurs byzantins Théophile (829-842), Basile (867-886), Léon VI (886-912) et Constantin VII (913-959). L’église possédait trois nefs divisées par des piliers, et toute la surface était recouverte d’une mosaïque aux tesselles polychromes formant des carrés décorés de façon différente (losanges, épis, fleurs à six pétales, échiquiers ou treillis), remontant à la restructuration totale de l’édifice aux XIe et XIIe siècles. Il reste encore quelques tesselles de ce pavage. Des recherches stratigraphiques ont permis de remonter aux phases archéologiques, jusqu’à l’âge du Bronze. On a ainsi découvert un fond de cabane en pierres calcaires et en argile du XVIe - XVe siècle avant J.-C.
L’église médiévale recouvrait une nécropole du haut Moyen Age, dont les tombes à fosse ont été endommagées par la construction d’une galerie-citerne. Une seconde nécropole, aménagée sur deux niveaux, dont une au cours du haut Moyen Age, s’étendait derrière l’abside, avec environ vingt tombes à fosse, dont certaines contenaient de nombreux objets (céramiques, monnaies, boucles et bijoux). La présence de deux nécropoles témoigne la richesse de cette église et marque le début de l’expansion de la ville vers sa partie extérieure (d’après Lavermicocca).
Nous ne possédons pas de renseignements sur cet édifice après le réaménagement du XIIe siècle, et ce jusqu’à 1560, lorsque l’église commence à accueillir les sœurs augustiniennes, dites « du Rocchetto », et abrite également un Mont-de-Piété mis en place par la reine Bona Sforza pour venir en aide aux orphelines. À la mort de la Reine, le Mont-de-Piété fut confié à l’orphelinat, et disposait de dix mille écus à offrir en dot à dix jeunes filles. L’orphelinat ferma ses portes en 1824. Après 1824, l’église fut abandonnée et finit par être démolie en 1939. On y vénérait la Vierge des Anges, représentée sur une fresque du XVIe-XVIIe siècle, dont nous ne pouvons voir aujourd’hui qu’une reproduction.

Aujourd’hui l’église Santa Maria del Buoconsiglio n’est plus qu’un espace ouvert où se dressent huit colonnes en pierre, quatre pour chaque côté, alignées de façon symétrique par rapport à l’axe central. Sur l’axe transversal sont disposés un pilier contre lequel sont adossées deux demi-colonnes à base moulurée, et les ruines d’un autre pilier de forme imprécise, en position symétrique par rapport au premier. L’ensemble correspond au plan des églises romanes du XIe siècle, comme la basilique Saint Nicolas et les églises Saint-Grégoire et de la Vallisa. Santa Maria del Buonconsiglio est un édifice à une abside et trois nefs, comme nous pouvons le voir grâce aux fouilles et aux restaurations effectuées en 1983, qui ont mis au jour le sol en mosaïque ainsi que les traces des murs du périmètre. Six des huit colonnes ont un chapiteau corinthien et à feuille d’eau ; ces chapiteaux ressemblent à ceux que l’on peut voir dans la cour du Château Souabe, qui appartenaient probablement aux deux colonnes de l’église Santa Maria del Buonconsiglio privées de chapiteau.

Avant les travaux de restauration de 1983, la place était défigurée par des trottoirs et un parking. Les renseignements que nous livre l’ouvrage de l’historien Antonio Beatillo (Historia di Bari, 1637) et l’attachement des habitants à leur église nous font comprendre l’importance de ce lieu de culte dans la vie religieuse de la ville.

Avant d’entreprendre la restauration de l’édifice, la Direction des Biens environnementaux, architecturaux, artistiques et historiques des Pouilles a effectué des fouilles qui ont permis de distinguer trois niveaux de pavage de l’église, correspondant à trois phases historiques. La première couche, plus profonde, remonte au Xe siècle et appartient à la première église à trois nefs avec piliers. Les mosaïques au sol sont faites de tesselles polychromes en marbre ou en terre cuite, formant des décorations géométriques. Quelques décennies plus tard, le sol fut surélevé de 15 centimètres, et conserva un pavage du même type et de la même qualité que le revêtement d’origine. La deuxième phase, qui remonte au XIIe siècle, est la plus importante, car le pavage (découvert à 80 centimètres sous le revêtement actuel de la rue) est formé de plaques en calcaire et en marbre de 12cmx12cm ou de 10cmx10cm environ, aux décorations diverses, qui recouvrent toute la nef centrale. Au cours de ce réaménagement, les piliers originels ont été remplacés par des colonnes surmontées de chapiteaux. Enfin, la troisième et dernière phase du XVIIe- XVIIIe siècle correspond, à 50 centimètres du revêtement routier, aux murs du périmètre, aux piliers de la nef centrale et au pavage en carreaux de béton , actuellement en très mauvais état. Une étude des murs a prouvé la présence d’anciens pilastres recouverts d’enduit, qui probablement ne constituaient pas seulement la décoration baroque, mais laissent supposer une couverture en voûte des nefs latérales. La dernière campagne de restauration de l’église permit aux religieuses d’y demeurer jusqu’en 1824. Santa Maria del Buonconsiglio fut ensuite laissée à l’abandon et démolie en 1939. Au cours des travaux de restauration de 1984, on a consolidé les pavages et les murs, renforcé les colonnes avec des armatures en acier inoxydable et refait le revêtement des rues autour de l’église.

Pendant les fouilles sous l’église, on a découvert une nécropole du haut Moyen Age, dont les tombes à fosse ont été endommagées par une citerne installée par Bartolomeo de Risio. L’épigraphe sur le mur du périmètre de l’église, à l’origine sur la porte, relate ces faits. Une autre nécropole se trouve derrière l’abside, avec plus de vingt tombes à fosse, dont certaines contenaient de nombreux objets. La présence de deux nécropoles témoigne l’importance de ce lieu de culte, qui a atteint son apogée au Xe –XIe siècle. La dernière raison pour laquelle cet endroit est tout à fait intéressant vient de la découverte, derrière l’abside, pendant les fouilles de 1983, des ruines d’une cabane de forme circulaire datant de l’âge du Bronze. Cette découverte, ainsi que les vestiges de la zone de San Pietro, nous autorisent à penser que c’est ici, à l’extrémité de la péninsule, qu’est née la ville de Bari. Aujourd’hui nous ne pouvons plus voir les traces de cette cabane, car elles ont été recouvertes à la fin des fouilles.

À propos de l’église tout d’abord appelée Santa Maria del Popolo (du Peuple), puis Santa Maria del Malconsiglio (du Mauvais Conseil) et enfin Santa Maria del Buoconsiglio (du Bon Conseil), nous ne possédons que des renseignements confus. Cependant, une chronique de Lupo Protospata décrit la révolte des habitants contre les Byzantins qui s’arrogeaient le droit d’accompagner toutes les jeunes filles à l’autel le jour de leur mariage (Beatillo). La colère refoulée des jeunes mariés et de leurs familles avait débouché sur une révolte violente contre les Byzantins, et s’était terminée par une effusion de sang au milieu des colonnes de l’église. La rixe fut réprimée à l’ombre du temple sacré par la ratification de nouvelles règles de cohabitation. Au-delà de la véridicité de cet événement, c’est là un témoignage du milieu historique et social de l’époque et de l’influence des nombreuses ethnies présentes dans la ville à l’intérieur du tissu social.
Il est intéressant de lire une inscription le long des murs de l’église ; elle fait allusion à la générosité d’un certain Bartolomeo de Risio : en 1511 il fit installer une citerne pour recueillir l’eau afin que les pauvres gens accablés pour la chaleur puissent se désaltérer. Les écrits de Beatillo contiennent donc une mine de renseignements très intéressants sur la vie à Bari autrefois


Comment arriver dans la ville
airport Aéroport  

De Viale Enzo Ferrari continuez en direction de la SP 204//Viale Gabriele d'Annunzio. Prenez Viale Europa, SS 16, Via Napoli et Corso Vittorio Veneto en direction de Via Venezia à Bari. Suivez Via Venezia et Largo Papa Urbano II jusqu’à Piazza S. Nicola.

motorway Autoroute  

De la sortie de l’autoroute Bari Sud de la A14 prenez E843, Viale Giuseppe Tatarella, Sottovia Giuseppe Filippo, Via Brigata Regina et continuez sur Corso Antonio de Tullio en direction de Via Venezia à Bari. Suivez Via Venezia et Largo Papa Urbano II jusqu’à Piazza S. Nicola.

other Moyens  

Les lignes AMTAB A (zone d’arrête Piazza Massari)- 2/-10-12/-35 arrivent aux alentours de Largo Abate Elia.

park Parkings  

Lungomare Imperatore Augusto-Area Parcheggio Museo Archeologico

Questo sito utilizza cookie. Scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all' uso dei cookie. maggiori informazioni

Uso di cookie e tecnologie simili da parte del Comune di Bari



Cosa sono cookie e come vengono utilizzati
Come la maggior parte dei siti internet, Comune di Bari usa file di testo di piccole dimensioni che vengono salvati su computer, tablet o dispositivo mobile dell'utente per registrare determinati dati ogni volta che questi visita o interagisce con il nostro sito.
I nomi e i tipi specifici di cookie possono cambiare nel tempo. Per aiutare l'utente a capire meglio queste regole e l'uso di tali tecnologie da parte di Parliamo Di Videogiochi, di seguito sono riportati alcuni termini con le relative definizioni.
Cookie: piccoli file di testo (formati in genere da lettere e numeri) che vengono salvati nella memoria del browser o del dispositivo dell'utente quando visita un sito o visualizza un messaggio. I cookie consentono a un sito di riconoscere un particolare dispositivo o browser.

Esistono diversi tipi di cookie:
I cookie di sessione scadono al termine della sessione del browser e consentono a Parliamo Di Videogiochi di collegare le azioni dell'utente durante quella sessione specifica. I cookie possono essere disattivati o rimossi usando gli strumenti disponibili nella maggior parte dei browser. Le preferenze relative ai cookie devono essere impostate separatamente per ciascun browser usato, poiché ognuno di essi offre funzionalità e opzioni specifiche.
Tecnologie simili per l'archiviazione di dati: tecnologie che archiviano dati nel browser o dispositivo usando oggetti condivisi a livello locale o archiviazione locale, quali cookie flash, cookie HTML 5 e altri metodi software per applicazioni web. Queste tecnologie funzionano in tutti i browser. In alcuni casi l'uso dell'archiviazione locale non può essere pienamente gestito dai browser, ma richiede la gestione tramite strumenti specifici. Comune di Bari può servirsi di simili tecnologie di archiviazione dati che permettano di garantire la sicurezza del conto dell'utente o per rilevare irregolarità nel comportamento ed evitare accessi non autorizzati al conto dell'utente o per valutare le prestazioni dei siti, servizi, applicazioni o strumenti Parliamo Di Videogiochi. Comune di Bari non usa tali tecnologie di archiviazione dati per adattare la pubblicità nei propri siti e al di fuori di essi al profilo dell'utente.

I termini "cookie" e "tecnologie simili" possono essere usati indistintamente nelle regole di Comune di Bari in riferimento a tutte le tecnologie adoperate per archiviare dati nel browser o dispositivo dell'utente o alle tecnologie che raccolgono dati o che consentono di identificare l'utente nel modo sopra descritto.

Chiudi