home > Palazzi > Palais Calò Carducci

Palais Calò Carducci

Palais Calò Carducci

Piazzetta del Gesù - 6010 - 70122
Patron Famille Calò Carducci
Début de bâtiment XVe-XVIe siècle
Usage actuel Palais privé
Palazzo Calò Carducci borde la petite place dei Gesuiti ou del Gesù, à l’angle de la rue Zeuli, dans la vieille ville, à gauche de l'église baroque del Gesù ; nous trouvons ici la Porta Piccola de Saint Gaétan et l'arche de Saint Onuphre.
Cette demeure, dont l’origine reste controversée puisque d'après certains historiens elle daterait du XVIIe siècle, d'après d'autres du XVIIIe siècle, présente un plan irrégulier et est divisée en cinq étages couverts d’une terrasse.
Dans les fondations on a découvert quatre citernes qui servaient autrefois à recueillir l’eau de pluie. La façade, dont les ouvertures créent des jeux d’ombre et de lumière, présente des éléments différents de l'architecture du XVIIIe siècle de la vieille ville, généralement lourde et massive. Cette façade est divisée en deux parties : sur la gauche, un bloc compact ouvert par deux fenêtres aux deux premiers étages, et une seule au centre du dernier, toutes sans encadrement. Sur la droite, une façade complexe formée d’une base sur laquelle s'ouvrent quatre portes et un portail surmonté d'un tympan triangulaire, qui dépasse sur l'un des cinq arcs de la loggia au premier étage, arcs séparés par les piliers. Sur ces derniers, au niveau du deuxième étage, repose une corniche surmontée d’une balustrade, dont les petits piliers d’origine étaient auparavant ornés de bustes.
Par le portail à tympan, on accède au porche ; ici, sur la gauche, un escalier conduit à la loggia du premier étage au bout de laquelle nous pouvons voir le blason de la famille Calò Carducci: le ciel (vertus célestes), un arbre au feuillage vert et racines apparentes (la famille, unie comme les branches à leur tronc représentant les origines), soutenu par un lion d'or rampant (symbole de force, courage et magnanimité) ; une bande dorée horizontale représente la ceinture à laquelle le guerrier suspendait son épée, symbole de l'ordre équestre des chevaliers.
De la loggia du premier étage on accède à trois des quatre pièces les plus grandes qui donnent toutes sur la petite place ; par contre, les pièces les plus petites donnent sur une ruelle. Les pièces les plus grandes, aujourd'hui magnifiquement restaurées, présentent des plafonds en bois aux décorations polychromes, malheureusement très abîmées puisque cet édifice est longtemps resté à l’abandon. Palazzo Calò Carducci, déclaré monument d'intérêt national, est placé sous la protection de la Direction du patrimoine public.
Début de bâtiment XVe-XVIe siècle
Fin de bâtiment XVe-XVIe siècle
Patron Famille Calò Carducci
Nous ne possédons aucune indication historique précise concernant la construction de cet édifice : Marcello Petrignani et Franco Porsia, dans le chapitre consacré à Bari de leur ouvrage intitulé Le città nella storia dell'Italia, écrivent que les maisons à plusieurs étages et les demeures patriciennes, y compris Palais Calò Carducci et Palais Zizzi, qui donnaient sur la rue Francigena, perdirent leur rôle de représentation lorsque fut construite, en 1595, l'église des Jésuites, bâtie dans la même rue; d'autres historiens datent la construction du Palazzo Calò Carducci du début du XVIIIe siècle, suite à l'union de deux familles : en 1716, Cecilia Carducci, dont la famille était originaire de Florence et s’était installée à Bari en 1474, épousa Ignatius Calò, d’origine grecque, dont la famille avait élu domicile à Bari au XIIIe siècle. À partir de 1889, l’édifice accueillit des religieuses, qui achetèrent un appartement à Maria Calò, veuve Carducci, et le transformèrent en petit couvent. Après des décennies d’abandon, le bâtiment a été vendu par une descendante de la famille Calò Carducci et l'entreprise Garibaldi l’a entièrement restauré.
Palais Calò Carducci est facilement reconnaissable par les cinq arches somptueuses du prospectus, placées à l'étage principal, sur lequel on trouve une corniche. De petites voutes d'arêtes ferment en haut la loggia sur lequel s'ouvre une vaste terrasse définie par de petits piliers en maçonnerie, en ligne avec les arches sous-jacent, piliers soutenant le fer forgé.
Après de longues années de négligence et de décomposition, le bâtiment a été récupéré grâce à une récente restauration, bien que le choix de laisser les murs en retirant le plâtre enduit, en déforme l'image originale. L'intérieur de l'édifice a subi des manipulations frauduleuses surtout quand, en 1888, avec la fermeture du couvent de Santa Teresa de femelles en face du port, le Palais abritait des moniales.
La façade est fortement marquée par la symétrie de la Loggia qui présente la travée centrale plus large que celles latérales. En correspondance de l'axe central est placée l'entrée principale qui dépasse le plan de la façade et est encadrée par deux pilastres qui supportent un haut tympan qui occupe la partie inférieure de l'arcade centrale de la loge. Quatre grandes ouvertures de chaque côté du portail avec linteau, deux de chaque côté, donnent accès à des pièces originairement boutiques. Un léger marcapiano, interrompu par le portail, marque l'hauteur du premier plan. La tendance de la loggia diffère manifestement de la façade derrière et s'aligne avec la nouvelle structure de la place. Les axes originaux du tissu urbain sont lisibles dans les plus anciennes structures du bâtiment qui sont contredites par le déménagement, ayant lieu avec la construction de l'église et le couvent des Jésuites. Le nouvel espace urbain d'époque baroque remodèle l'espace qui se ferme à l'ouest du nouveau aéré front du Palais adjacent aux rideaux existants.

Restaurations


Au cours des dernières années, la société Garibaldi a pris soin d'une étude approfondie de la structure et de la restauration ultérieure.

Il est dit que la dernière pièce au nord du deuxième étage , le Gregory béni fut tenté apparition diabolique d'une femme nue et les formes Junon et provocateur , mais le Gregory béni a remporté la tentation de jeter lui-même face vers le bas sur un brasero allumé . Ainsi surmonté la tentation et exécuté le miracle d'être sains et saufs par le feu dans le brasero.


Comment arriver dans la ville
airport Aéroport  

De Viale Enzo Ferrari, continuez en direction de la route SP 204/Viale d'Annunzio Gabriele. Prenez Viale Europa, SS16, Via Napoli et Corso Vittorio Veneto vers Piazza Mercantile à Bari. Continuez sur Lungomare Augusto Imperatore. Piazza Ferrarese se trouve sur la droite. Marchez jusqu'à Piazza Mercantile.

motorway Autoroute  

De la sortie de l'autoroute A14 Bari Sud prenez E 843, Viale Giuseppe Tatarella, la sottovia Giuseppe Filippo, Via Brigata Regina et continuez sur Lungomare Augusto Imperatore vers Piazza Mercantile à Bari. Piazza Ferrarese se trouve sur la droite. Marchez jusqu'à Piazza Mercantile.

other Moyens  

Les lignes AMTAB 2-4-10-12-12/-21-35 arrivent aux alentours de Piazza Ferrarese (pour Piazza Mercantile il faut se promener).

park Parkings  

Lungomare Imperatore Augusto-Corso Vittorio Emanuele

Questo sito utilizza cookie. Scorrendo questa pagina, cliccando su un link o proseguendo la navigazione in altra maniera, acconsenti all' uso dei cookie. maggiori informazioni

Uso di cookie e tecnologie simili da parte del Comune di Bari



Cosa sono cookie e come vengono utilizzati
Come la maggior parte dei siti internet, Comune di Bari usa file di testo di piccole dimensioni che vengono salvati su computer, tablet o dispositivo mobile dell'utente per registrare determinati dati ogni volta che questi visita o interagisce con il nostro sito.
I nomi e i tipi specifici di cookie possono cambiare nel tempo. Per aiutare l'utente a capire meglio queste regole e l'uso di tali tecnologie da parte di Parliamo Di Videogiochi, di seguito sono riportati alcuni termini con le relative definizioni.
Cookie: piccoli file di testo (formati in genere da lettere e numeri) che vengono salvati nella memoria del browser o del dispositivo dell'utente quando visita un sito o visualizza un messaggio. I cookie consentono a un sito di riconoscere un particolare dispositivo o browser.

Esistono diversi tipi di cookie:
I cookie di sessione scadono al termine della sessione del browser e consentono a Parliamo Di Videogiochi di collegare le azioni dell'utente durante quella sessione specifica. I cookie possono essere disattivati o rimossi usando gli strumenti disponibili nella maggior parte dei browser. Le preferenze relative ai cookie devono essere impostate separatamente per ciascun browser usato, poiché ognuno di essi offre funzionalità e opzioni specifiche.
Tecnologie simili per l'archiviazione di dati: tecnologie che archiviano dati nel browser o dispositivo usando oggetti condivisi a livello locale o archiviazione locale, quali cookie flash, cookie HTML 5 e altri metodi software per applicazioni web. Queste tecnologie funzionano in tutti i browser. In alcuni casi l'uso dell'archiviazione locale non può essere pienamente gestito dai browser, ma richiede la gestione tramite strumenti specifici. Comune di Bari può servirsi di simili tecnologie di archiviazione dati che permettano di garantire la sicurezza del conto dell'utente o per rilevare irregolarità nel comportamento ed evitare accessi non autorizzati al conto dell'utente o per valutare le prestazioni dei siti, servizi, applicazioni o strumenti Parliamo Di Videogiochi. Comune di Bari non usa tali tecnologie di archiviazione dati per adattare la pubblicità nei propri siti e al di fuori di essi al profilo dell'utente.

I termini "cookie" e "tecnologie simili" possono essere usati indistintamente nelle regole di Comune di Bari in riferimento a tutte le tecnologie adoperate per archiviare dati nel browser o dispositivo dell'utente o alle tecnologie che raccolgono dati o che consentono di identificare l'utente nel modo sopra descritto.

Chiudi